La société SabaiSabai, propriétaire des restaurants Thai Café et Tenshi, a décidé d’équiper sa flotte de dashcams Viasat en 2021. Son responsable IT nous explique pourquoi.

Jusqu’à ce qu’il constate la violence de certains chocs sur les images, Jean-Paul Pinto Soares, spécialiste IT chez SabaiSabai, n’avait pas pleinement conscience du danger encouru par ses livreurs sur les routes. C’est l’installation de caméras intelligentes dans 60 des 80 véhicules de la société qui lui a ouvert les yeux : « Une fois, un véhicule a fait demi-tour devant celui d’un de nos chauffeurs sans crier gare. Notre livreur n’a pas pu l’éviter, il s’est encastré violemment dans l’arrière de la voiture. C’était très impressionnant mais, heureusement, il n’y a pas eu de blessé grave et la vidéo nous a permis de voir immédiatement ce qu’il s’était passé », explique-t-il.

« Nous avions des besoins spécifiques » 

Sécuriser ses chauffeurs et les encourager à conduire de manière plus responsable. C’est principalement pour ces deux raisons que la direction de SabaiSabai a décidé d’équiper ses véhicules de caméras intelligentes mi-2021. « Le danger peut venir de la route mais aussi d’une seconde d’inattention de la part du chauffeur. Nous voulions donc des caméras qui puissent alerter les conducteurs dans les deux cas », se souvient Jean-Paul.

Le pari s’est vite révélé gagnant : « Nos chauffeurs se sont immédiatement responsabilisés, ils conduisent maintenant de manière beaucoup plus prudente ». Résultat, le nombre d’accidents a diminué, tout comme le nombre d’amendes pour excès de vitesse ou mauvais stationnement, en chute de 80% dès la deuxième semaine !

« Un bon moyen d’éviter les litiges »

Autres intérêts d’avoir équipé la flotte en dashcams : obtenir des réponses irréfutables en cas d’incident. Qui conduisait le véhicule ? Que s’est-il passé exactement ? Qui est responsable ? Avec les images de la caméra intelligente, plus aucun doute susceptible de mener à des litiges ! « C’est toujours plus facile d’accuser le conducteur d’une voiture de société, regrette Jean-Paul. Les images ont valeur de preuve donc les différends sont vite réglés, y compris avec les assurances. En cas d’accident, le responsable est identifié et endosse les surprimes. »

« La dashcam a été facilement acceptée »

La très grande majorité des chauffeurs-livreurs a immédiatement accepté la caméra intelligente dans les véhicules. Il faut dire qu’en cas de collision, c’est un excellent moyen de les disculper. Quant à la crainte d’être espionné, elle s’est très vite dissipée : non seulement la direction n’est pas alertée si le conducteur corrige son comportement, mais l’utilisation des images est aussi très encadrée par le RGPD.

« Nous leur avons bien expliqué les choses : les images ne sont visionnées et gardées que s’il y a un problème. Le reste du temps, elles sont écrasées automatiquement », souligne le spécialiste IT. Avant de conclure : « Tout le monde est gagnant : le conducteur, qui est plus en sécurité, et nous, qui gagnons du temps et économisons sur les réparations et les coûts d’assurance ».

Voir le témoignage vidéo de Jean-Paul

Actualités liées

20/01/2023
La société SabaiSabai, propriétaire des restaurants Thai Café et Tenshi, a décidé d’équiper sa flotte de dashcams Viasat en 2021. Son responsable IT…